Rechercher
  • esscampussenart

La lumière au bout du tunnel





Si vous êtes en train de lire ce texte, c’est que le titre vous a parlé. Je vais vous parler de mon parcours abrupt de jeune banlieusard ainsi que le chemin que j’ai dû parcourir pour en arriver là.

Tout commence à Corbeil-Essonnes dans un quartier prioritaire, malheureusement gangréné par les rixes entre bandes et le trafic de drogue. J’étais fermement convaincu que tout ceci resterait loin de moi. Mais la réalité m’a vite rattrapé le jour où je me suis embarqué malgré moi dans les rixes entre quartiers pour une banale histoire de vengeance qui touche beaucoup trop nos territoires.


Les années lycées : sortir du quartier sans en sortir


N’ayant rien fait de grandiose au collège et sortant de ce dernier sans le brevet, je me retrouve au Lycée professionnel Pierre Mendès France à Ris-Orangis, surnommé le lycée de la « dernière chance ». Ce lycée se situe à la jonction entre Évry-Courcouronnes, Grigny et Corbeil-Essonnes et accueille majoritairement des jeunes issus de ces communes. Information importante, ce lycée est très touché par les rixes entre bandes dues à sa localisation mais également aux jeunes qu’il accueille qui entretiennent, si je peux me permettre, une rivalité « historique » par rapport à leur lieu d’habitation. Ce lycée crée malgré lui, un creuset d’inégalités et un entre-soi qui était malsain et négatif pour notre avenir. Le cadre scolaire est censé permettre aux élèves de pouvoir sortir de leur environnement habituel afin de rencontrer des personnes d’autres milieux et ainsi s’ouvrir l’esprit, ce qui n’est malheureusement pas le cas ici. Au sein du lycée, il y avait une atmosphère électrique et la moindre étincelle pouvait tout faire basculer. Malgré cela, je garde du positif de ces trois années grâce à une équipe pédagogique incroyable qui avait une double « casquette » d’éducateur pour les élèves de ce lycée. Ils m’ont permis de reprendre confiance en moi et m’ont fait comprendre que je n’étais pas qu’un « bon à rien ». Cette équipe m’a également permis de sortir assez rapidement de la « guerre » des bandes en me montrant d’autres chemins possibles et à construire mon avenir. Ces trois années au sein de cet établissement m’ont fait mûrir et m’ont sorti de ce climat de violence permanent et d’éviter de me complaire dans celui-ci. Toute cette violence que j’ai pu faire subir et que j’ai subi, a fait de moi un pacifiste convaincu.







L’université pour ouvrir son esprit à d’autres horizons


C’est à 21 ans que j’ai pu rencontrer des personnes venant de milieux sociaux différents du mien et de toutes les personnes que j’ai pu côtoyer dans ma vie. En rentrant à l’université, j’ai pu ouvrir mon esprit et fréquenter des étudiants qui pensaient différemment de moi et de mes amis d’enfance et ainsi m’ouvrir le champ des possibles quant aux choix qui s’amenaient à moi. Deux ans plus tard, j’ai pu obtenir mon DUT Carrières Sociales option animation sociale et socioculturelle. Je peux vous assurer que cela m’a fait un choc quand j’ai eu mon diplôme attestant que j’avais un BAC +2, moi qui pensais ne jamais avoir de diplôme de ma vie. Tout ceci m’amène en Licence professionnelle gestion des organisations de l’économie sociale et solidaire : management des associations à l’Institut Universitaire Technologique de Sénart Fontainebleau. Cette Licence me permet de m’intéresser à d’autres thématiques et ainsi approfondir mes connaissances sur l’économie sociale et solidaire qui est selon moi, d’une importance capitale pour notre avenir. Les acteurs de l’ESS défendent une manière d’entreprendre, orientées vers des projets d’utilité sociale. Ainsi, ils replacent l’économie comme un moyen au service de la société, non comme une fin en soi. Cette économie rentre en résonance avec mes valeurs et me permet de m’épanouir dans un secteur qui me plait.


J’aimerais conclure avec un message d’espoir à toutes ces personnes qui liront ce texte, croyez en vous, même dans les situations les plus délicates, essayez d’entrevoir la lumière au bout du tunnel et surtout n’oubliez pas, la seule personne à qui vous devez prouver quelque chose, c’est vous et personne d’autre. 😉






27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout